Conférence internationale
26-28 juin 2019 Le Havre (France)

XTerM2019 : systèmes compleXes, intelligence Territoriale et Mobilité

ville connectée

Keynote Speakers

  • Marc BARTHELEMY, EHESS et CEA Saclay
  • Gabriel DUPUY, Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • Pierre FRANKHAUSER, Université de Franche-Comté
  • Guy MELANCON, Université de Bordeaux
  • Denise PUMAIN, CNRS Géographie Cité
  • Erik RIETVELD, University of Amsterdam
  • Alexander TARTAKOVSKY, Moscow Institute of Physics and Thechnology

 

 « L’intelligence territoriale » est un concept qui vise à améliorer la compréhension des territoires et la gestion des multiples interactions qui s’y produisent. La complexité de ces systèmes d’interactions, à l’échelle des individus, des organisations ou à celle des infrastructures, conduit aujourd’hui à repenser les analyses, les diagnostics et les services aux citoyens et aux opérationnels.

Le développement territorial invite les chercheurs et les praticiens à mieux prendre en compte la complexité des systèmes territoriaux. Ces systèmes sont basés sur des réseaux d’interactions qui sont de nature différente, d’échelle variable (au niveau des individus comme des organisations). Les nouvelles technologies, les nouveaux dispositifs de communications, l’économie mondialisée, les enjeux de durabilité ne font qu’accroître le niveau de complexité de ces systèmes territoriaux.

intelligence territoriale

Pour parvenir à comprendre et à maîtriser cette complexité, trois champs d’analyse s’ouvrent à l’interface entre modélisation et gouvernance des territoires :

1 – l’épistémologie de la complexité des systèmes : il s’agit d’interroger les notions et concepts permettant d’identifier cette complexité des systèmes ;

2 – l’enrichissement des bases de connaissances des différents systèmes caractérisant les territoires sous l’angle de la complexité ;

3 – l’élaboration de modèles et simulations formalisant les réseaux complexes des territoires : réseaux routiers, réseaux énergétiques, réseaux sociaux, réseaux logistiques, etc.

Cet appel à communications vise à réunir la communauté de chercheurs et de praticiens, quelle que soit leur discipline, s’intéressant à l’intelligence territoriale et aux enjeux autour de la relation entre complexité, territoire, prospective et aide à la décision.

Les contributions attendues relèvent autant de l’épistémologie, de la constitution de base de connaissances, de l’élaboration de modèles et de simulations que de l’implication et du retour des acteurs des territoires sur ces démarches.

   codahComm.png intelligence territoriale oeil 

 

Dans cette perspective, nous proposons de nous pencher plus particulièrement sur les axes thématiques suivants :

A – Réseaux complexes

On s’intéresse dans cette thématique à la modélisation mathématique et informatique des systèmes complexes, notamment en termes de réseaux d’intéractions. Il s’agit d’étudier les différentes formes et les modèles stochastiques qui caractérisent la complexité de ces réseaux. On s’intéressera notamment à l’impact de ces topologies sur la dynamique des systèmes portés par ces réseaux. On s’intéressera aussi à développer des méthodes statistiques pour étudier la dynamique des systèmes complexes stochastiques qui fonctionnent dans l’environnement incertain. Les différents réseaux caractéristiques des territoires, traités de manière spatio-temporelle, sont des cas pratiques où l’analyse des boucles systémiques entre topologie et dynamique apporte des éléments de compréhension ou d’aide à la décision pour proposer des contrôles de certaines évolutions de phénomènes : épidémiologie, resilience des territoires, développement des smart cities, etc.

Les contributions attendues pourront porter sur des approches conceptuelles sur la théorie des systèmes complexes, les systèmes stochastiques et leur modélisation, sur la dynamique des réseaux complexes, les processus d’auto-organisation et le contrôle de la dynamique des réseaux.

visuGS1   visugs2     visugs3    visugs4

B – Espaces d’actions encouragées

On s’intéresse à la mobilité d’un individu et d’un agrégat d’individus, ou encore aux interactions d’un individu et d’un agrégat d’individus avec leur environnement, à travers l’étude des processus d’émergence et d’auto-organisation qui sous-tendent leur dynamique. Les présentations pourront s’attacher à montrer la nature temporaire de ces interactions et en particulier l'aspect non-linéaire de leur dynamique ; c’est-à-dire que la mobilité d’un individu et d’un agrégat d’individus présente une relative sensibilité aux conditions initiales pouvant amener à une réorganisation macroscopique des interactions avec l’environnement. Les présentations pourront montrer comment le design d’espaces d’actions encouragées peuvent perturber, déstabiliser, ou offrir des possibilités d’action (i.e., affordance) et amener à une certaine flexibilité ou au contraire à une forme de résistance des comportements face aux changements de configurations (propriétés) de l’environnement. 

 espace_AE.jpg

C - Déplacements et complexité

L’axe thématique sur les déplacements et la complexité s’inscrit dans une approche scientifique qui interroge la capacité des soft data et des données massives issues des objets connectés à constituer une ressource nouvelle pour la compréhension rythmes urbains et des mobilités dans les territoires. Les résultats des travaux sur ces nouvelles mobilités visibles au travers des objets connectés montrent que les usagers   n’investissent pas de manière ubiquiste l’espace urbain, et associent des formes de hotspots à des lieux à fréquentation sporadique, des axes de déplacements préférentiels à d’autres axes de déplacements plus temporaires. L’observation des résultats révèle généralement une grande variabilité et une complexité des mobilités des usagers dans les espaces urbains et les territoires. Les présentations pourront présenter l’intérêt et/ou les limites des soft data à renouveler les approches de la mobilité. Les présentations pourront également montrer comment ces mobilités issues des objets connectés rendent compte à la fois de formes de permanence et d’incertitude sur les lieux fréquentés et l’émergence de concentrations éphémères, en fonction du mode de transport utilisé, du type d’évènement enregistré et en fonction du pas de temps sélectionné.

 ville_intelligente.jpg

D - Territoires et mobilité durables

Pour améliorer la durabilité des mobilités sur leur territoire, les décideurs publics ont besoin d’outils permettant de connaître l’occupation et l’utilisation de ce territoire (caractéristiques des populations, voies et modes de déplacement, trajets quotidiens, etc.) et d’appréhender l’impact des dispositifs qui sont à leur disposition (impact sur les modes de déplacements, les trajets, les émissions…).

La modélisation du territoire, de ses acteurs, et des incidences de tel ou tel dispositif, peut-elle constituer un outil intéressant à cet égard ?

Un certain nombre de collectivités se sont déjà dotées de tels outils de prospective, et d'autres manifestent un intérêt pour pouvoir le faire dans un futur plus ou moins proche. On pourra discuter des pistes existantes et des moyens qui sont mis en œuvre pour réaliser cette modélisation (collecte de données via nouvelles enquêtes, utilisation de big data, développement de nouveaux modèles, couplage de modèles, renouvellement des approches existantes).

La discussion pourra également porter sur la question des indicateurs et des possibles effets sociaux de la réduction du concept de durabilité à ses dimensions environnementales et économiques. N'y a-t-il pas un besoin de diversification des indicateurs qui soient plus sensibles au volet "social" (santé, exclusion, risque de stigmatisation de certaines catégories de population) ?

 mobilite_1.jpg        ecomobility1.jpg

E - Territoires économiques et industriels

L’analyse des enjeux et des transformations des filières industrielles ou logistiques permettent d’observer des évolutions importantes liées à la flexibilité ou à la reconfigurabilité des systèmes. Cela se traduit également par une digitalisation des processus et des transformations des organisations et des modes de pilotage de ces systèmes allant de l’outil de production à la chaine logistique. Outre les changements organisationnels et les évolutions des modes de management, ces évolutions s’appuient sur le développement de l’informatique et des technologies de l’information et de la communication (internet des objets, machines connectées, big data, logiciels de supervision, intelligence artificielle, etc.), associées à l’essor de la robotique (robotique mobile, robotique collaborative etc.) et sur la modélisation, la simulation et l’optimisation de ces systèmes complexes.

Ces technologies et les travaux scientifiques associés ouvrent de nouveaux champs d’applications dans l’inspection ou la surveillance d’équipements et de sites industriels, amènent à repenser les outils industriels et les modes d’organisation associés et poussent à s’intéresser aux processus supply chain, aux processus d’entreprises étendues ou encore de filières tout en intégrant les dimensions humaines et économiques.

agents_computer.jpg logistique_drone.jpg

 

Ce colloque est soutenu par le projet européen Feder XTerM (Systèmes Complexes, intelligence TERritoriale et Mobilité) ayant donné lieu à un consortium interdisciplinaire de chercheurs et ingénieurs (Géographie, Aménagement, Mathématiques, Informatique, Gestion, Droit, STAPS, Automatique, Electronique) issus de nombreux établissements d’enseignement supérieur et de recherche normands.

logo_europe.png  logo_rf.png logo_regionNormandie.png

logo_nu.png  logo_ulhn.png  logo_urn.png  logo_insaRouenNormandie_1.jpg

logo_novalogPartenaire.png  logo_cesi.png logo_idit.png  logo_neoma.png

logo_esigelec.jpg logo_irseem.png

 

 

Personnes connectées : 1